L’affaire Barings Vostok porte un coup au climat d’investissement

Barings Vostok @lesfilfrancorussLe marché russe serait à nouveau attrayant pour les investisseurs selon l’agence Moody’s. Cela aurait pu être la bonne nouvelle du mois, mais c’était sans compter avec les habitudes de l’administration. Quelques jours après la publication des analyses optimistes de Moody’s, l’affaire Barings Vostok éclatait. L’américain Mike Calvey, fondateur et directeur de ce fonds d’investissement, ainsi que le français Philippe Delpal, ex président de BNP-Paribas Vostok et ex-DG de Cetelem en Russie, aujourd’hui directeur des investissements financiers chez Barings Vostok, étaient mis en détention provisoire par le FSB. La police politique ne leur reproche pas quelques convictions non-autorisées mais les accuse d’une « fraude » ou plutôt d’un manque d’information entre les actionnaires portant sur 33 millions d’euros lors du rapprochement entre les banques Vostochny et Uniastrum, survenu trois ans plus tôt.
Mike Calvey avait auparavant saisi un tribunal de Londres pour arbitrer ce différend. Mais on raconte à Moscou que son partenaire local, partie adverse dans cette affaire, avait décidé qu’il était plus rapide et plus sûr de « motiver » quelques hauts gradés du FSB pour se débarrasser de Calvey par le biais d’une accusation commanditée. Cette méthode a fait ses preuves dans les relations d’affaires en Russie. Ils sont des milliers d’hommes d’affaires russes à battre les sentiers du goulag parce qu’ils avaient refusé de céder la propriété à un partenaire véreux. Il est pourtant exceptionnel que cette méthode frappe directement des Occidentaux. Pour faire pression sur des hommes d’affaires expats, les concurrents locaux s’arrangeaient habituellement pour mettre en prison leurs proches collaborateurs russes. Dans le contexte de nouvelle guerre froide que le Kremlin mène face au monde occidental, ce tabou est tombé, un expat occidental résidant en Russie peut maintenant être maltraité comme un autochtone.
Mike Calvey dort en prison, tout comme Philippe Delpal. Le cas de ce dernier est à part puisqu’il ne pouvait pas participer à la transaction contestée, selon ses avocats. Mais la justice russe ne s’arrête pas à de telles finasseries. Les intéressés attendent leur procès, dont le jugement risque de dépendre de la somme que leur contradicteur local sera prêt à jeter dans la balance pour obtenir une condamnation. Et sauf si Calvey et Delpal font valoir des arguments plus importants, alors cas c’est le partenaire russe qui pourrait se retrouver en difficulté.
Valorisé à 3,7 milliards de dollars, Barings Vostok était présent en Russie depuis 1994 et y a réalisé près de 80 projets sur les secteurs des télécoms, de l’IT, des médias, de la grande distribution. Il est notamment investisseur chez des géants locaux comme Yandex, Ozon.ru, Avito.ru, l’enseigne Vkusvill et bien d’autres. Représentant souvent les intérêts des investisseurs russes qui préfèrent réinvestir en Russie à travers des fonds occidentaux pour éviter toute spoliation, Barings Vostok et son patron, ex-cadre de la Berd, sont bien connus et respectés par le milieu d’affaires local.

« Calvey était le plus grand investisseur occidental et le dernier des investisseurs historiques encore présent en Russie. Il croyait en la vitalité du marché et la possibilité d’y faire des affaires de manière propre, malgré les crises et les sanctions occidentales. En 25 ans d’exercice il n’y a jamais eu aucune accusation de malversation sur lui, c’est extraordinaire. Mais ça ne l’a pas aidé »,

témoigne un investisseur russe. Avec l’emprisonnement de Mike Calvey et de Philippe Delpal le climat d’investissement en Russie a pris un sacré coup.

Cet article a été publié dans le Fil Franco-Russe N°166. Pour recevoir nos prochaines éditions : Profitez de notre offre d’essai gratuit

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.